Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil

 17 et 18 septembre 2016

 Programme national

Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
 < France   < Haute-Savoie (74) 
Journées du Patrimoine
Publicité

Église Saint-Hippolyte (Natacha Mondon & Éric Pierre)


Publicité


 Agrandir le plan
 

Publicité

 

Église Saint-Hippolyte
Thonon-les-Bains (74)

Au programme pour ces Journées du Patrimoine 2016

Eglise Saint-Hippolyte

Décor datant de la fin du XVIIe siècle et réalisé par les sculpteurs Giovanni-Francesco Silva et Bernard Pandolph

Ce qu'il faut savoir :

Au XIe siècle, entre 1010 et 1050, édification d'une église paroissiale placée sous le patronage de saint Hippolyte. Avant 1138, un bâtiment de style roman succède à l'église, à la fois lieu de culte paroissial et église d'un prieuré bénédictin dépendant du monastère de Saint-Jean de Genève. Au début du XVe siècle, l'église est profondément remaniée dans le style gothique. Au XVIe siècle, installation des protestants dans le Chablais (1536) ; l'église Saint-Hippolyte devient un temple.
Fin décembre 1596, saint François de Sales restaure le culte catholique à Saint-Hippolyte et, trois ans plus tard (1599), fait de l'église le sanctuaire de la Sainte-Maison, c'est-à-dire l'institution chargée de rétablir le catholicisme dans la région de Genève. Toutefois, le projet ne prend pas l'ampleur souhaitée par son initiateur : la Sainte-Maison se limite à un centre d'accueil, aux ressources précaires, pour de jeunes convertis (elle subsistera sous cette forme jusqu'en 1792). En 1602, l'église est reconsacrée par saint François de Sales et placée sous le patronage de Notre-Dame-de-Compassion (ou "de Notre-Dame-de-Pitié" ou "des Sept Douleurs"). Entre 1664 et 1668, le préfet Louis Gillette entreprend la rénovation de l'église médiévale et prolonge le bâtiment par le choeur actuel. Son successeur, Joseph-Marie Rossillon de Bernex (1675-1713), frère de l'évêque de Genève, lance une nouvelle voûte au-dessus de la nef (1698-1699), aménage les collatéraux, élève une nouvelle façade (1698-1700) et fait peindre à fresque la calotte de l'abside (1707). L'ancienne église gothique se trouve dès lors transformée dans le goût baroque. Monseigneur de Rossillon enrichit aussi le maître-autel d'un retable, fait poser des stalles dans le choeur, ajoute une chaire et des lambris. Il donne à l'église plusieurs peintures, des vases sacrés et des ornements liturgiques.
Interrompu sous la Révolution française, le culte catholique est rétabli après la conclusion du Concordat de 1801 ; le choeur est alors réorganisé. Quelques années plus tard, les bas-côtés reçoivent leur disposition actuelle. En 1822, première restauration de la façade. En 1885, la démolition de Saint-Hippolyte est envisagée afin de permettre la construction d'un édifice plus vaste (la basilique du Doctorat, dédiée à saint François de Sales, dont la première pierre fut posée en 1899 mais qui ne fut consacrée qu'en 1930 : sa façade devait occuper l'emplacement de la nef de Saint-Hippolyte). Le projet échoue, en particulier grâce au classement de l'église Saint-Hippolyte en 1909, mais l'élévation de la nouvelle basilique le long du flanc septentrional de l'église ancienne modifie la largeur du bas-côté gauche et entraîne la destruction de quelques chapelles.
Entre 1998 et 2003, restauration sous la direction de François Botton, architecte en chef des monuments historiques. Les campagnes photographiques et les analyses techniques qui ont précédé le lancement des travaux ont permis d'identifier avec précision les modifications apportées au XIXe siècle, notamment en ce qui concerne la décoration intérieure. Le chantier a d'abord concerné la façade (1998-1999), puis les murs et les voûtes de l'abside (2000) ainsi que la voûte de la nef principale (2001). Au printemps 2003, les travaux se terminent par les chapelles latérales.
La restauration qui s'achève a permis de redonner à la nef principale et à l'abside leur décor d'origine, dans la manière du style italien du début du XVIIIe siècle : fresques, stucs, angelots, fraîcheur des couleurs, personnages bénéficiant d'une forte puissance d'expression. L'ensemble a été réalisé avec une grande économie de moyens - peut-être par Giovanni Francesco Silva - et possède une profonde unité, même si plusieurs mains, de qualités différentes, y ont collaboré ; selon l'architecte en chef François Botton, le décor retrouvé de l'église Saint-Hippolyte constitue "un bon témoignage d'un art de cour dans toute sa splendeur".


Publicité

Journées du Patrimoine 2016 - horaires :

17 et 18 septembre

Église Saint-Hippolyte
16 rue Chante Coq, Thonon-Les-Bains
74200 Thonon-les-Bains
Téléphone : 04 50 70 69 49

Guide Tourisme France

Informations détaillées extraites du Guide Tourisme France :

- consultez aussi la fiche Église Saint-Hippolyte

- consultez aussi la fiche du département de la Haute-Savoie

 < France   < Haute-Savoie (74) 
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine